Les travaux de restauration

Encore des merveilles a découvrir !

Chers amis,
Notre petite église est décidément bien cachottière !
 
Apres la découverte en 2012 du verso des panneaux latéraux du retable, probablement des scènes de la vie de St Martin, M. Andronescu, notre restaurateur principal, a mis au jour, sous l’enduit moderne, ce qui promet d’être une autre révélation.
 
Dans le chœur et la nef apparaissent des traces d’une litre funéraire et des blasons des seigneurs Dauvet, datant du 18 ème siècle, disposés symétriquement de chaque côté des murs, 4 dans le chœur, 8 dans la nef. 
 
Les armoiries représentent un écu bandé de gueules (*) et d’argent de 6 pièces ; la première est chargée d’un lion de sable, passant dans le sens de la bande. L’écu est timbré d’une couronne de marquis; à sa pointe, se trouve le collier de l’ordre de Saint Louis.
 
 
(*) GUEULES. Une des cinq couleurs du blason que l’on représente en émail par le rouge, et en gravure par des hachures perpendiculaires. Ce terme viendrait selon Ménage de la couleur rouge de la gueule des animaux.
Les armoiries ont été peintes à l’huile sur papier épais, collé et cloué au mur. 
De chaque côté de l’entrée de l’église, deux blasons ont été collés sur un enduit à base d’argile.
 
 
« Le faux appareil est une décoration sous la forme d’une peinture qui imite les lignes horizontales et verticales d’une maçonnerie entre des pierres de taille. Le faux appareil ou faux-joint est aussi une ligne creuse tracée dans un enduit de mur ou de cloison pour imiter un appareil de pierres. «  Wikipedia
 
Par ailleurs, l’autel actuel cache également l’autel d’origine et son décor du 13ème siècle.
 
Une nouvelle aventure nous attend donc : la restauration complète des enduits des murs de la nef et leurs 8 blasons ainsi que la restauration des murs du chœur et de l’autel, avec leurs décors du 13 ème  et 18 ème siècle !

 

Elle promet d’être passionnante ! 
 
Cette découverte nous fait encore plus prendre conscience de la valeur de ce patrimoine et renforce notre motivation à le préserver !

Voeux 2016 – Convocation pour l’assemblée générale le samedi 27/2/2016 à 17h à la mairie

Chers amis du patrimoine de Repentigny,
 
Grâce à votre soutien, l’année 2015 a vu la restauration de l’église encore progresser.
 
Après le retable et ses panneaux latéraux en 2014, ce sont les deux autels latéraux, les statues de la Vierge à l’enfant et de Saint Sébastien, ainsi que le magnifique antependium qui, en 2015,  ont retrouvé une nouvelle jeunesse.
 

 

 
Notre église et son retable, le plus vieux du pays d’Auge, font désormais l’admiration de tous les visiteurs. Ils ont été nombreux à les découvrir à l’occasion des chemins d’art sacre fin juillet dernier.
 
Nous pouvons être fiers. Que de chemin parcouru en l’espace de 6 ans !
 
Notre blog se veut le témoin de ce périple. Visitez le ! http://patrimoine-repentigny.blogspot.fr/
 
Ces travaux ont pu être entrepris grâce aux aides de la commune, aux subventions du conseil départemental et régional et de la Fondation du Patrimoine, grâce aussi aux bénéfices réalisés lors de nos manifestations (notamment le désormais célèbre concert de la Musardière), grâce enfin à votre générosité ainsi que celle de tous nos adhérents (83 membres en 2015).
 
Les chantiers des prochaines années ne manquent pas:
  • restauration des murs de la nef et du chœur : nous savons désormais que des trésors décoratifs allant du 13 ème au 18 ème siècle sont cachés sous les enduits !
  • restauration des menuiseries de la chapelle seigneuriale, devenue sacristie,
  • restauration du tableau de Maurice Le Cesne qui depuis sa création en 1901 a besoin d’un petit lifting !
  • restauration du sol du chœur
  • reprise des murs extérieurs nord et sud
  • restauration des pierres tombales du vieux cimetière
  • mise en lumière de l’intérieur de l’église pour mettre en valeur nos trésors

 

Il s’agit donc d’un travail de longue haleine !
 
En 2016 aussi, votre soutien sera donc plus que jamais important pour continuer ensemble ce que nous avons commencé il y a 6 ans.
 
Nous avons confiance en votre fidélité. Vous pouvez compter sur notre engagement !
 
Après plus de 6 ans à la tête de l’association, j’ai décidé de passer la main. Je veillerai bien sûr à assurer une transition en douceur avec celui que vous désignerez comme mon successeur.
 
La prochaine assemblée générale, qui se tiendra le samedi 27 février 2016 à 17h à la mairie de Repentigny, sera donc l’occasion de procéder au renouvellement des membres du Conseil d’administration qui, à leur tour, éliront le bureau et donc le nouveau président.
 
Si vous êtes intéressés pour devenir membre de notre Conseil d’Administration, merci de m’adresser votre candidature avant le 6 février.
 
D’ores et déjà, vous pouvez noter la date du prochain concert de la Musardière qui aura lieu le 10 septembre 2016.
Les membres du conseil d’administration et moi-même, nous vous présentons nos meilleurs vœux pour l’année 2016, ainsi qu’à vos proches : santé, bonheur et réussite dans tous vos projets.
 
Très cordialement.
Le Président
Gérard ELISSALDE
 
PS : merci de renouveler votre adhésion pour 2016 en nous envoyant votre chèque de 15€ (membre actif), 25€ (couple) ou 50 € ou plus, pour un membre bienfaiteur, à l’association des amis du Patrimoine de Repentigny, chez Gérard ELISSALDE, le Costil, 14340 Repentigny.
 


Convocation à la prochaine Assemblée Générale
des AMIS DU PATRIMOINE DE REPENTIGNY


Madame, Monsieur,
Vous êtes invité(e) à participer à l’Assemblée Générale de notre Association qui se tiendra le
               Samedi 27 Février 2016 à la Mairie de Repentigny à 17h précises.

A l’ordre du jour :
        Rapport moral – approbation
        Rapport financier – approbation des comptes
        Manifestations prévues en 2016
        Renouvellement du Conseil d’Administration
        Questions diverses.
 
Tous les documents nécessaires à votre information seront à votre disposition.
Nous comptons beaucoup sur votre participation. 
 
En cas d’empêchement, vous pouvez vous faire représenter par un autre membre de l’Association muni d’un pouvoir (ci-joint) dûment rempli et signé.
 
Sincères salutations                                             


Le Président
Gérard Elissalde.

 

POUVOIR

Je soussigné(e) …………………………..demeurant à ……………..
…………………………………………………..

donne pouvoir à Mme ou Mr …………………………..demeurant à ………
………………………………………………….

pour me représenter à l’Assemblée Générale des Amis du Patrimoine de Repentigny du 27 février 2016.
 
Je vous fais également parvenir ma cotisation 2016 (15€ ou 25€ pour un couple) à l’ordre des « Amis du Patrimoine de Repentigny » chez M. Elissalde, le Costil 14340 Repentigny .

 

Et le vieux cimetière de Repentigny … vous connaissez ?

Chers amis

L’église St Martin et son fameux retable n’est pas le seul élément remarquable du patrimoine de Repentigny.

Le vieux cimetière, son if multi-centenaire et ses pierres tombales présentent aussi un certain intérêt.



De 1823 à 1949, 31 personnes y ont été enterrées, pour l’essentiel issues de la famille THIERRY et affiliés.

Le patriarche, Jacques Pierre THIERRY, mort en 1823, était originaire de Repentigny et a fait une carrière très honorable à Caen comme pharmacien, conseiller municipal et juge au Tribunal de Commerce de la ville.

Pour les plus curieux, nous vous conseillons la lecture de la notice historique que la Société Royale d’Agriculture et de Commerce de Caen a publiée après la mort de son éminent et respecté membre.

Pour les plus pressés, lisez la première page d’introduction de la notice écrite par un de ses collègues, qui est assez remarquable tant dans son fond que son expression. Un temps où on savait écrire …

 




Pour en revenir au vieux cimetière, un panneau avait été fait il y a quelques décennies pour rassembler les noms de ceux qui y reposent. Initiative salutaire car ces noms disparaissent de plus en plus des pierres tombales sous l’effet du temps et … de la mousse.

31 personnes donc, 14 femmes et 17 hommes, dont 6 couples (même code couleur dans le tableau ci dessous) reposent en paix depuis 1 à 2 siècles. 

plan-cimetiere-photo

Leurs âges varient de 14 à 88 ans.

Les titres et fonctions sont mentionnés pour certains défunts: « député du Havre », « maire de Pont L’Évêque », « contre amiral » pour les plus titrés, mais aussi simple « aspirant de la Marine » ou, plus modeste encore, « fidèle servante de la famille ».

Une petite curiosité a retenu notre attention: 2 sœurs ont apparemment épousé le même homme. 
Clothilde Le Cesne a épousé André Auguste Nicolas après le décès de l’épouse de ce dernier, qui était aussi sa sœur Blanche !

Le Cesne est un nom connu puisque Maurice Le Cesne est le peintre à qui on doit la Crucifixion d’après Lebrun, qui est à gauche en entrant dans l’église (tableau de 1901).

tableau-de-maurice-lecesne

D’autres surprises se cachent certainement dans ce petit écrin de verdure.

Ce cimetière mérite notre intérêt !! Sauvegardons le lui aussi.


Rapport-de-Jacky-Brionne-sur-le-cimetière-de-repentigny

Grand rendez-vous annuel du concert de l’ensemble « La Musardière »

Le 30 août dernier, les 3 générations de Joubert nous ont, cette année encore, enchantés, dans le décor de notre église Saint Martin. Dans tous les sens du terme !

Ils ont provoqué la surprise de l’auditoire, en renouvelant le concert, sous forme de pièce de théâtre musicale.

Quand le talent et l’érudition le disputent à l’humour, cela donne un spectacle aussi beau à écouter que divertissant.

Un événement qui valait, cette année encore, le déplacement à Repentigny !

Vivement l’année prochaine !!

Un grand merci à Françoise et à toute la famille Joubert.


de-la-belle-musique1

 

 

des-face%c2%a6uties1

 

Avant … après !!

Chers amis du Patrimoine

On finirait presque par oublier dans quel état était notre retable et ses panneaux latéraux jusqu’à l’année dernière.

Heureusement les photos sont là pour témoigner de leur renaissance … pour ne pas dire leur résurrection !!

Grâce à la technique et aux mains habiles de nos restaurateurs, Romana et Corneliu Andronescu, le changement est saisissant !!

Voyez plutôt.

AVANT                                                                 /                                                                     APRES

la-crucifiction

le-baiser-de-judas

img_4025-retouche

img_4079-retouchee

img_4080-retouchee
Merci au photo club de Cambremer pour ces nouvelles photos.

 

 

 

Grand succès pour l’ouverture de l’église lors des chemins d’art sacré

Chers amis du patrimoine de Repentigny,

Ce dimanche 26 juillet après midi, dans le cadre de l’opération « des chemins d’art sacré », notre église a été ouverte à un public nombreux.
Qu’ils viennent en voisins à l’appel de la cloche, du Calvados ou de plus loin, tous nos visiteurs ont été très agréablement surpris par la qualité de notre retable et de ses panneaux latéraux récemment restaurés. « Vous avez là une petite merveille », cette phrase est revenue souvent dans la bouche de notre trentaine de visiteurs.
Jean Bergeret, président de l’association « Le pays d’Auge », organisatrice de cet événement qui ouvrait les portes de toutes les églises du canton, nous a honorés de sa visite et nous a félicités pour nos efforts.
Une grand merci à Yvette qui avait mis l’église en beauté pour cet événement !!
Que ce succès soit pour nous tous un encouragement à poursuivre nos efforts !!

On parle de nous … en bien !!!

Ci joint deux articles récents qui n’ont pas échappé à l’œil d’aigle de notre vice présidente:

  • dans le catalogue-inventaire du Musée de Caen, où le verso de notre retable est mis à l’honneur
  • dans la revue « Normandie-Magazine » où le dynamisme de notre association est loué.


N’hésitez pas à nous faire part de telles mentions quand vous les identifiez. 
Merci !!

Avez vous essayé de taper "retable Repentigny" sur Google ?

Non ? 
Et bien nous l’avons fait !
Bonne nouvelle : notre blog et notre association sortent en premier !!! Ouf ! nous voilà rassurés !

La surprise vient du fait que nos cousins d’outre atlantique ont, eux aussi, un retable dans l’église de « leur » Repentigny, au Quebec, Canada

Il est plus récent que le nôtre d’environ un siècle …

… et c’est un français d’origine qu’il l’a fait !

Il est très différent du nôtre 

.. mais lui aussi a eu besoin de restauration !!

Lisez plutôt ces extraits.

« Un certain LIÉBERT, PHILIPPE (baptisé Philippe-Pierre), peintre et sculpteur, est né le 9 août 1733 à Nemours, France, épousa le 31 mars 1761 à Pointe-aux-Trembles (maintenant partie de Montréal) Françoise Lenoir, fille de Vincent Lenoir, menuisier, et ils eurent dix enfants. Il est décédé le 27 septembre 1804 à Montréal.
 
La date et les circonstances de l’arrivée de Philippe Liébert au Canada sont inconnues, mais en 1760 son nom figure aux livres de comptes des paroisses de Saint-Pierre-du-Portage (Assomption-de-la-Sainte-Vierge), de L’Assomption, et de la Purification-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie, à Repentigny. 
 
En effet, en 1760 et 1761, il exécute, probablement en collaboration avec Antoine Cirier*, le retable de l’église de Repentigny. 
 
Le tabernacle, qui comporte des prédelles ornées de rinceaux et de crêtes de coq, est surmonté de colonnes classiques avec piédestaux et entablement, d’une monstrance en saillie et d’une niche dominant deux reliquaires. Pour réaliser cette première œuvre, Liébert s’est inspiré à la fois du style exubérant de Gilles Bolvin* et du style plus délicat de Cirier. 
 
L’ensemble dégage une impression de timidité et d’inexpérience. Par la suite, Liébert n’utilisera ce type de composition que pour les autels latéraux. »
 
 
retable-repentigny
 
Quelques mots sur cette église de Repentigny extrait d’un document très érudit de Charles Bouget trouvé sur Internet.
 
« La seigneurie de Repentigny est concédée à Pierre Legardeur de Repentigny par la compagnie de la Nouvelle-France en 1647. C’est pourtant sous la gouverne royale, à partir de 1666, que la colonisation du lieu débute vraiment. Comme dans la plupart des nouvelles concessions territoriales, les premières constructions religieuses demeurent très simples. Il faut attendre la présence d’une population assez nombreuse pour justifier l’érection d’une église de pierre beaucoup plus coûteuse, mais plus durable.
 
 
 
 La première campagne de travaux de l’église de Repentigny débute en 1723. La construction s’effectue rapidement, puisque les charpentes sont réalisées en 1725. L’entrepreneur choisit un plan en croix latine terminé par une abside à cinq pans coupés. C’est une pratique courante en France depuis le 12e siècle de rythmer ainsi la surface murale du chevet. Pourtant, dans l’architecture traditionnelle en Nouvelle-France, le modèle à pans coupés demeure relativement peu courant. Outre Repentigny, seule l’église de Neuville conserve encore aujourd’hui une telle organisation de l’espace. On pense que c’est un type de construction qui existait surtout dans la région de Québec.               
               
La décoration intérieure reste, pour sa part, longtemps rudimentaire. En 1747, Antoine Cirier sculpte les deux retables et les tabernacles des chapelles latérales. Il entreprend aussi le retable principal, mais il abandonne ce projet au profit de Philippe Liébert, qui réalisera l’ouvrage en 1761 avec l’aide de son beau-père, Vincent Lenoir. 
 
Philippe Liébert entreprend ensuite le tabernacle, que son élève, Louis- Amable Quévillon, dotera d’un magnifique tombeau en 1808. 
Quévillon complète, en 1817, la décoration avec la réalisation de la voûte. La mise en place de la chaire viendra clore cette campagne de travaux en 1822.  »      
 
Suit une longue série de travaux au 19 eme siècle jusqu’à ce jour funeste de 1984 …
C’est le 12 octobre 1984 qu’un incendie se déclare dans l’édifice. Rapidement maîtrisé, on a pu sauver des flammes de nombreux éléments du décor ancien. Il s’agit malgré tout d’une lourde perte pour le patrimoine ecclésiastique national. L’ensemble de la décoration intérieure présentait en effet des pièces caractéristiques de chacune des grandes périodes de l’histoire de l’art religieux québécois. Les 18 e , 19 e et 20 e  siècles se mariaient harmonieusement dans un ensemble homogène où les aspirations individuelles avaient fait place à un désir d’unité. 
            
La voûte de 1907 a été complètement détruite, laissant réapparaître en partie, bien que mutilée, celle de Quévillon. On n’a pu sauver ni la polychromie des colonnes de la nef de Leprohon, ni les boiseries du chœur. Pourtant, la plupart des éléments décoratifs de l’étage des baies existent toujours. 
 
De plus, le désastre a occasionné une restauration majeure de l’ensemble de 1984 à 1988. La remise à neuf du maître-autel a entraîné, pour sa part, la découverte de l’ancienne marbrure du tombeau de Quévillon. 
 
L’église de Repentigny séduit encore le visiteur malgré les ravages de l’incendie. Le classement de l’édifice en 1978 soulignait le caractère exceptionnel de l’ensemble. 
 
Sa restauration récente confirme la grande valeur de nombreux éléments de détail aujourd’hui encore plus resplendissants que par le passé. »
               
Bibliographie:   
• Bélisle, Jean. « Église de la Purification-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie », Les chemins de la mémoire,  t. II, Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 439-442.  
• Demeter, Laszlo, dir. Inventaire de l’église de Repentigny, Montréal, Université de Montréal, École d’architecture, 1976.                
• Noppen, Luc. Les églises
 
 



Le Conseil général participera à hauteur de 7426 euros à la restauration de l’antependium

Lors de la dernière commission permanente du mandat au Conseil général, la commune de Repentigny s’est vu attribuer une subvention de 7426 € pour la réfection de l’antependium.
Un grand merci à Xavier Charles pour ses efforts.
C’est une très bonne nouvelle que nous souhaitions partager avec nos membres !